Vallée de l'Arve: la folie du routier se poursuit

Alors que 40 associations demandent un moratoire sur les projets routiers, le Conseil Départemental de Haute-Savoie s’empresse de détruire une forêt à Marignier pour faire place à une nouvelle route dans la vallée de l'Arve.

La route en projet longera l’autoroute sur plusieurs kilomètres, dans le gaspillage le plus révoltant et inutile de terres naturelles devenues rares dans le fond de la vallée de l’Arve. Pourquoi un tel vomi de goudron et de béton (un viaduc gigantesque est prévu pour enjamber le Giffre)?

Pourquoi une telle dilapidation des fonds publics, alors qu’ils font autant défaut nous dit-on dans d'autres domaines, comme les transports en commun, les pistes cyclables ou même les soins à la personne? Quels enjeux se cachent véritablement derrière cette infrastructure démesurée et superflue? Certainement pas ceux de l’intérêt commun…

Photos : Nouvelle Ere Vallée de l'Arve

La biodiversité, 1ère victime collatérale. La 2ème sera la santé publique

La vallée de l’Arve fait déjà partie des 10 zones de France pour lesquelles notre pays va être déféré devant la cour européenne de justice pour non respect des normes pour les particules. La France est également en phase de contentieux avec l'Europe pour le dioxyde d’azote, un polluant routier. Une nouvelle route et les nouveaux trafics qu’elle attirera mécaniquement, aggravera encore la situation au coeur de la vallée de l’Arve, concernant la pollution de l'air mais aussi les émissions de gaz à effet de serre climaticides.

Comment une zone couverte par un Plan de Protection de l’Atmosphère peut-elle continuer de façon aussi écervelée, voire criminelle envers la santé publique, de favoriser une politique du tout-routier d’un autre âge? D'autres solutions doivent être déployées dans la vallée de l'Arve pour une mobilité alternative et plus respectueuse de la nature, de l'air, du climat et de la santé.

Manque de transparence

En juin dernier, le Conseil Départemental avait refusé de participer à un débat sur la question du contournement de Marignier, à Marnaz, auquel nous l’avions invité. Un coup de téléphone à la présidente d’Inspire indiquait simplement « le Conseil Départemental ne souhaite pas être représenté à la réunion du 11 juin », sans autre explication et sans même pouvoir savoir de qui provenait cette consigne. Notre demande de clarification par mail est restée tout aussi sans réponse.

Le Conseil Départemental ne souhaite clairement pas travailler en transparence et semble avoir peur d’échanger ouvertement avec les citoyens.

Un projet démesuré

Depuis la sortie de Bonneville, à gauche, le "contournement de Marignier" crée une nouvelle voie parallèle à l'autoroute A40 jusqu'à la sortie de Marignier. Ce dédoublement de l'autoroute existante nécessite, de surcroît, le franchissement du delta du Giffre. Les concepteurs sont-ils tombés sur la tête, à moins qu'il n'aient des arrières pensées de développement urbain, commercial ou industriel des les zones ainsi "désenclavées"?