Le vélo, c'est du propre !

Le vélo, c’est bon pour soi-même (santé, ligne, moral, porte-monnaie), c’est bon pour la collectivité (air, climat, dépenses publiques), ainsi que pour l’économie locale et le tourisme. Qu’est-ce qu’on attend pour se mettre en selle ?

L’offre crée la demande et non l’inverse

«L’usage du vélo n’a pas grand-chose à voir avec la culture, mais beaucoup plus avec de bonnes conditions de déplacement et une mobilisation de tous», selon le très sérieux PREDIT.

En Rhône-Alpes, près de 60% des déplacements effectués font moins de 3 kilomètres et le vélo est une solution très adaptée sur ces trajets courts. De plus, les aménagements cyclables sont infiniment moins chers que les aménagements pour les voitures et représentent donc une utilisation plus judicieuse des fonds publics pour la mobilité de proximité.

 

Moins exposé à vélo qu'en voiture

Contrairement à ce que l’on imagine, c’est à vélo que l’on est le moins exposé à la pollution de l’air et les bénéfices sur la santé des déplacements cyclistes sont 20 fois plus élevés que les risques d’accidents.

Voir le dossier complet