Quel impact sur notre santé ?

85 décès par an dans la vallée de l’Arve

Évaluation quantitative des impacts sanitaires (EQIS), Santé publique France, septembre 2017
”Impact de l'exposition chronique aux particules fines sur la mortalité dans la vallée de l'Arve”

L’impact sur la mortalité est en réalité au delà des 60 décès prématurés par an, annoncés par les médecins locaux. Il est beaucoup plus conséquent dans le secteur Cluses-Bonneville, alors qu'on l'attendait plutôt du côté de Passy. Ceci confirme que l'exposition à la pollution chronique est plus néfaste pour la santé que les pics de pollution, pourtant plus visibles.

POLLUTION_Pire+que+prévu-v3.png

Les conclusions de l'étude

  • 8% de la mortalité de la vallée de l’Arve est attribuable aux particules fines PM2,5.

  • Soit 85 décès par an, pour une population de 155.000 habitants permanents.

  • Une baisse de 30% des concentrations annuelles de PM2,5 permettrait de diviser par 2 la mortalité liée à la pollution de l'air et de la ramener à 4%, soit 45 décès évités par an, et de gagner 5 mois d'espérance de vie.

  • Cet impact est comparable à celui des agglomérations françaises de taille moyenne, sans atteindre la situation des grandes agglomérations les plus polluées, dont la mortalité liée à la pollution de l'air est de 13%.

  • L'étude sous-estime l’impact réel de la pollution de l’air sur la santé des habitants de la vallée de l’Arve et en fournit un ordre de grandeur a minima.

  • Les PM2,5 sont considérées comme un traceur de la pollution de l’air globale. L’impact des autres polluants sur la santé n’a pas été étudié (dioxyde d’azote, benzo[a]pyrène, ozone…).


48 000 décès par an en France liés à la pollution de l’air

Étude Santé Publique France (ex InVS), publiée le 21 juin 2016 (données 2007-2008)
Impact des particules PM2,5 sur la mortalité en France

Estimation du fardeau sanitaire national (France continentale) de la pollution de l’air par les particules fines PM2,5 en lien avec l’activité humaine :

  • Au moins 48 000 décès par an.

  • 9% de la mortalité en France.

  • Une perte d’espérance de vie à l’âge de 30 ans de plus de 2 ans.

  • Plus de 34 000 de ces décès seraient évitables.

  • Près de 50 millions de personnes en France sont soumises à une concentration moyenne annuelle de PM2,5 dépassant la valeur guide de l’OMS (10µg/m3).

  • Ces chiffes sont à minima, d'après Santé Publique France.

INFOGRAPHIES_SITE_MOJAVE26.jpg

Conclusions

  • Le nombre de décès liés à la pollution de l’air était estimé à 42.000 pour les particules, par l’étude européenne CAFE (Clean Air For Europe).

  • La pollution de fond est responsable d’au moins 85% des décès liés aux particules. Moins de 15% des décès sont attribuables aux pics de pollution. L’exposition chronique, même à des niveaux moyens, pèse davantage sur la santé que les pics de pollution.

  • L’étude ne permet pas de différencier les décès dus à chacune des 4 grandes sources de pollution en France (Transports, Industrie, Résidentiel, Agriculture).

  • La mise en place d’actions visant à réduire durablement la pollution atmosphérique permettrait d’améliorer de façon considérable la santé et la qualité de vie de la population.

Plus d'infos


L’impact de chaque polluant sur la santé

INFOGRAPHIES_SITE_MOJAVE17.jpg
INFOGRAPHIES_SITE_MOJAVE18.jpg
INFOGRAPHIES_SITE_MOJAVE19.jpg
INFOGRAPHIES_SITE_MOJAVE20.jpg