LES ÉTATS GÉNÉRAUX DE L'AIR

Passy 22 mars 2017

Pendant 3 mois, sous l'impulsion de l'ARSMB, association qui a organisé les Etats Généraux de l'Air, des groupes de citoyens ont récolté les avis des habitants de la vallée de l'Arve et planché sur l'analyse de leurs demandes et propositions pour améliorer la qualité de l'air. Les synthèses, faites par les groupes de travail, devant un public très large le 22 mars, ont été très intéressantes. Pour une fois, les citoyens ont pu s'exprimer librement et posément, devant des élus et décideurs, qui les ont écoutés sans les interrompre. Pari réussi pour l'ARSMB et pour la démocratie.

© PHOTOS CHRISTOPHE BOILLON

Le préfet s'exprime devant les citoyens

La parole a ensuite été donnée au Préfet de la Haute-Savoie, qui a fait des annonces.

  • L'Étude Quantitative d'Impact Sanitaire, réalisée par l'Agence Régionale de Santé (ARS), sera présentée au début de l'été.

  • L'analyse du Plan de Protection de l'Atmosphère (PPA) est en cours et un comité de suivi sera réuni en début d'été. Des sujets transverses seront examinés, comme la santé et la mobilisation citoyenne.

  • L'écriture du PPA 2 débutera ultérieurement et le Préfet a annoncé sa mise en place au 2e semestre 2018... seulement. Nous aurons donc une période d'environ un an et demi sans PPA, puisque le premier plan s'est achevé en février 2017.

  • Parmi les propositions des citoyens, le Préfet a relevé l'idée de l'installation de filtres pour les chauffages au bois et les scieries et la formation à  l'éco-conduite. Il a annoncé qu'un plan d'action pour réduire les émissions serait demandé début avril à  l'usine SGL Carbon et à l'incinérateur, situés à  Passy.

  • Enfin, le Préfet se dit prêt à examiner l'emplacement des stations de surveillance de la qualité de l'air, pour voir si certaines sont manquantes.

Les élus questionnés

Au cours d'une large table ronde, des élus représentatifs du territoire (maires, parlementaires, représentants du département et de la région), ont répondu aux questions des représentants citoyens des Etats Généraux. Il faut noter que la Communauté de Commune du Pays du Mont-Blanc et son président Georges Morand n'ont pas souhaité s'exprimer publiquement, mais que plusieurs maires et conseillers municipaux étaient présents dans la salle.

La Députée Sophie Dion a repris l'idée des citoyens d'un contrôle technique pour les chauffages et proposera un allègement de la fiscalité pour les familles qui réalisent des travaux de rénovation énergétique, en demandant des déductions plus élevées pour les personnes à charge et en accompagnant mieux les personnes à revenus modestes. Elle a déploré l'abandon par l'Etat des trains de nuit et demande, tout comme les élus locaux et les associations, l'arrêt de circulation des poids lourds EURO 4 au tunnel du Mont-Blanc en cas de pic de pollution. Elle demande aussi que le contrôle des poids lourds soit fait à Nangy et non plus à Passy, en cas de pic, ainsi que le transfert du transport vers le rail et l'Autoroute Ferroviaire Alpine.

En tant que Vice-Président de la Région et Président d'ATMO Auvergne Rhône-Alpes, Eric Fournier a affirmé que si des doutes et des questions se posent concernant la surveillance de la qualité de l'air, les demandes doivent être faites et elles seront examinées. A l'avenir, des micro-capteurs seront mis à la disposition des citoyens, pour mesurer les pollutions auxquelles ils sont réellement exposés tout au long de leur journée. Il nous sera proposé de les porter. Eric Fournier a entendu les demandes en faveur de la surveillance de tous types de polluants et pas uniquement des particules, sur lesquelles toute l'attention semble s'être figée.

Le Sous-Préfet, qui a dû remplacer le Préfet au pied levé à la table ronde, a admis les effets pervers de l'attention quasi-exclusive qui a été portée sur le chauffage et la stigmatisation ressentie par les habitants. Il s'est dit prêt à revoir la copie, en élargissant le Fonds Air Bois à des modes de chauffage moins polluants, dans le PPA 2. Il a cependant précisé que ces préconisations n'engageaient que lui.

Dans l'ensemble, un consensus large s'est établi autour de la table pour revoir le Fonds Air Bois, en assouplir les critères d'attribution, en élargissant le dispositif à des modes de chauffage peu polluants et en évaluant ou contrôlant son efficacité. Il a été question de biogaz aussi, un gaz qui peut être généré à partir des déchets et réutilisé dans le réseau ou pour faire rouler des véhicules, tel est le cas dans la commune de La Roche sur Foron. Eric Fournier s'y est dit favorable et le Conseil Départemental met déjà des fonds dans ce sens. Concernant le plan de gestion des déchets, en cours de réalisation à la Région, Eric Fournier a précisé que les installations de la grande région avaient été répertoriées et que la question de la fermeture de certains incinérateurs serait posée. Il a affirmé que l'objectif du plan était de moins produire de déchets et de mieux les traiter.

Il faut noter que très peu d'engagements ont été pris pour les transports en commun, un thème qui est resté peu évoqué par les décideurs présents. La nécessaire révision et mise en concordance de l'offre en transports par le car, afin de desservir efficacement les gares, avec la future augmentation de la fréquence des trains TER du Léman Express, entre St Gervais et Genève, n'a pas été reprise par les élus. Espérons tout de même qu'ils aient entendu cette demande forte du territoire.

Lire entre les lignes

LE MOMENT OÙ
La Dépuée Sophie Dion a dit qu'elle était très attachée aux services de proximité, pour réduire les besoins de déplacement, alors qu'elle soutient un candidat à la présidentielle qui propose de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires...

LE MOMENT OÙ
Le manque de courage du Préfet a éte amèrement ressenti, lorsqu'il a laissé longtemps sa chaise vide au cours de la table ronde, puis a envoyé le Sous-Préfet de Bonneville pour prendre sa place.

LE MOMENT OÙ
Le docteur Champly, habitué des coups d'éclat, a tenté de s'imposer à la table des élus, pour prendre la parole, campagne électorale oblige...

LE MOMENT OÙ
Le Vice-Président de la Région, Eric Fournier, s'est senti gêné par l'indignation des citoyens face à  l'aide de 1,5 million d'euros, proposée sans conditions ou contreparties à une grande entreprise privée, pour l'aider à financer des installations filtrantes. C'est Laurent Wauquiez en personne, Président de la Région, qui avait téléphon au responsable allemand de SGL Carbon, pour lui annoncer que lui seul détenait les cordons de la bourse et était à même d'aider financièrement l'industriel. Une réunion était programmée avec les parlementaires et élus locaux le lendemain, pour continuer à négocier une aide de l'Etat en change de garanties sur l'efficacité des systèmes de filtration envisagés. L'intervention du Président de la Région, la veille de cette réunion du 28 février, avait sans l'ombre d'un doute pour objet de présenter ce dernier en sauveur de la vallée de l'Arve et de couper l'herbe sous les pieds des parlementaires et élus locaux. Campagne électorale oblige...

LE MOMENT OÙ
Le maire de Servoz, Nicolas Evrard, a mis les inconditionnels du véhicule électrique devant leurs contradictions en rappelant que SGL Carbon produisait des composés pour l'électricité nucléaire et pour les batteries des véhicules, avec des procédés générateurs de fortes émissions localement, dont celles de souffre, en augmentation. La voiture propre n'existe pas.

Conclusion

Un pari gagné, pour un travail périlleux et considérable, réalisé en un temps record. Les exposés des citoyens ont ét faits devant une salle comble (500 à 600 personnes), avec des élus et décideurs qui ont écouté les propositions des citoyens et qui ont pris des engagements lors de la table ronde. Les retombées médiatiques seront importantes, dont pour commencer le JT de France 3 Alpes en direct des Etats Généraux de Passy le 22 mars au soir. Il faudra désormais transformer cet essai, en pérennisant l'engagement des citoyens, afin de pousser les décideurs à agir réellement pour améliorer la qualité de notre air... car c'est dans la durée que vont se jouer les choses.